Image de Muides

Dernière mise à jour le 10 janvier 2013

Le Budget

(Responsable: Sylvie Murat)

  •  
      Nous allons nous arrêter sur les choix de la commune puisque le budget a été adopté au conseil municipal.

      A savoir que le budget général comprend plusieurs parties:
      - Une partie fonctionnement (recettes/dépenses) toujours équilibré.
      - Une partie investissement (recettes/dépenses) toujours équilibré.

      La commune à dû statuer aussi sur 2 autres budgets, celui de l'assainissement et celui du camping.



      Budget Général



      Le budget de fonctionnement se doit d'être équilibré par les impôts (si on fonctionne sur des emprunts, on se retrouve en grosse difficulté !). A ce niveau, pas de souci. Le conseil municipal à même décidé de se laisser une grande marge de manoeuvre en gardant près de 82 000 euros pour des dépenses imprévues.

      Les dépenses:



      Ces fonds permettront d'investir ou d'éviter d'emprunter car on peut basculer ces sommes sur le budget d'investissement (on ne peut pas basculer d'investissement vers le fonctionnement par contre.)



      - Sans surprise, les charges de personnels sont la partie la plus importante des dépenses (cotisations URSSAF, ASSEDIC, médecine du travail etc.).
      - Les "charges à caractère général" sont très variées: Electricité, carburant, télécommunications, produits d'entretien, fournitures, locations des bords de Loire à l'Etat, entretien et réparations diverses, publications, annonces...

      - Les charges de gestion courante sont les participations de la commune aux associations, école de musique, collège de St Laurent, les frais d'indemnités des élus...

      - La charge financière représente les intérêts des emprunts de la dette (le capital est lui remboursé par la section investissement).
      - Nous avons fortement "gonflé" les dépenses imprévues et provisionné plus de 35000 euros à la section investissement pour permettre d'investir sans nous endetter excessivement.

      Les recettes




      Là aussi pas de grande surprise:
      - L'impôt constitue la majorité des recettes. (contributions directes, droit de place, taxe sur l'électricité, droit de mutation...)
      . Nous avons décidé de ne pas les augmenter. Cela faisait partie de nos engagements de campagnes et la période est difficile pour beaucoup.
      - Ensuite viennent les dotations (c'est à dire les compensations de l'état).
      - Les "autres produits" sont notamment la salle de la Cressonnière, la Poste, le presbythère, l'épicerie.
      - La vente de produit comprends les concessions funéraires, les abonnements à la bibliothèque, les annonces du passeur, les locations...
      - L'unique euro de produit financier est une part sociale au crédit agricole.
      - Les 110 000 euros représentent les "restes" (résultat de fonctionnement reporté) de recettes de l'année dernière. (184 994.26 d'excédent en fonctionnement moins les 53 863.95 de déficit en investissement)


       
      Contrairement à la section de fonctionnement, il est envisageable d'emprunter pour la section investissement. Encore faut-il garder à l'oeil le taux d'endettement de la commune et investir dans des domaines où un retour sur investissement est probable.

      Le capital de la dette se rembourse sur l'investissement et les intérêts sur le budget du fonctionnement.






      Le remboursement de la dette est donc relativement faible sur le budget communal. Cela laisse donc des marges de manoeuvre pour investir (d'autant que les taux sont bas).




      - Les "immobilisations incorporelles" contiennent les frais liés au Plan Local d'Urbanisme et aux frais d'étude de sécurité auprès de la DDEA.
      - Les "immobilisations corporelles" correspondent à l'achat du terrain près du cimetière, à l'aménagement du colombarium, l'achat d'un nouveau véhicule (pour remplacer l'antique 4L, de guirlandes de Noël, d'une débroussailleuse.
      - Les "immobilisations en cours" représentent la création d'un atelier communal (voir articles précédents) pour pouvoir libérer les locaux de la mairie et de l'ancienne mairie. Tous les ateliers seront donc réunis en un seul point de Muides.
      - Les "opérations équipements" comprennent la réalisation d'aménagement de la rue des rèdes et de la rue du 11 novembre.








      En recettes, nous ne pouvons pas compter sur les impôts (qui désservent le budget de fonctionnement). Reste donc:
      - Les emprunts: 500 000 euros si besoin. Moins si nos dépenses sont moindre. A nous de trouver les meilleurs devis et de réaliser les investissements. Chaque investissement doit passer au conseil municipal. Ce seuil est donc la limite maximale. Dans le cas contraire il faudrait faire un supplétif au budget.
      - Les dotations: L'Etat nous reverse la TVA de nos achats d'il y a 2 ans. Si cette année nous dépassons les investissements de l'année dernière, l'état comblera une année de retard en nous versant 2 années de TVA d'un coup.
      - Les subventions d'investissement représentent les "Participations voies et réseaux" de la rue de la Croix et de la rue des Flénats. Les amendes de police pour financer des projets de sécurité.